L'Origine du Shih tzu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Origine du Shih tzu

Message par Nyx le Dim 20 Déc - 13:20

Malgré quelques opinions légèrement divergentes, toutes les sources que j'ai pu glaner sur les origines du Shih Tzu nous ramènent à la cour impériale de Chine où le Shih Tzu Kou ( « chien lion tibétain » ) a dû voir le jour.

Les Chinois l'ont ainsi baptisé, à cause de la couleur dorée du Lion emblématique du Tibet. Son nom fut ensuite modifié, il a perdu le « kou » (chien) pour n'être plus que le Shih Tzu (lion tibétain) toujours selon l'image supposée du lion, le destrier symbolique du Bouddha.

À la fin des années vingt, lorsque différentes personnes rattachées à l'armée ou aux services diplomatiques, basées en Extrême-Orient décidèrent de chercher et de rapporter vers le monde occidental de beaux petits chiens lions tibétains.

Ce fut une tâche difficile que de trouver des sujets vraiment bons et il était douteux qu'ils reproduisent dans le type d'origine. En Chine, par exemple, il n’existait pas de système central d'enregistrement pour les chiens de race, et à vrai dire, peu avaient un pedigree.

Les chiens étaient illustrés sur des rouleaux de parchemin enluminés par les Chinois pour servir de modèles et l'élevage avait pour but de reproduire les couleurs recherchées et les taches symboliques, plutôt que de préserver la continuité des lignées.

Selon les dires d'un ancien ministre tibétain, Ko Sho Chang Pa, le type Shih Tzu descendrait d'un lointain ancêtre du Lhassa Apso actuel.

Ces chiens étaient la propriété personnelle du Dalaï Lama et on les trouvait dans les temples de Lhassa où ils étaient des chiens sacrés participant à différents rites religieux. En 1650, trois de ces chiens furent envoyés à l'empereur de Chine comme cadeau, un trio dont descendrait notre Shih Tzu.

Voyageant de Lhassa à Pékin, les petits chiens devaient alors parcourir 3000 miles depuis le haut plateau de Lhassa, jusqu'aux plaines poussiéreuses de la Chine, traversant des contrées sauvages et montagneuses avec les caravanes d'animaux de bât, marchant parfois à côté, parfois portés dans les paniers attachés aux flancs des animaux.

Le voyage pouvait durer jusqu'à dix mois et les chiots nés en route étaient tenus au chaud dans les poches des robes des Tibétains.

À la cour de Chine, l'impératrice douairière Tsu Hsi reçut à nouveau du Dalaï Lama quelques Lhassa Apsos hirsutes. Cynophile avant l'heure et éleveuse avisée de Pékinois, l'impératrice contrôlait son élevage de façon rigoureuse, séparant les deux races et s'intéressant particulièrement à la chaude couleur dorée « miel impérial » qu'elle appréciait tout particulièrement.

Une ligne blanche ou bande partant du stop, remontant jusqu'au sommet du crâne, était considérée comme la marque de Bouddha.

En 1908, après un règne de 64 ans, avec la mort de Tsu Hsi (Vieux Bouddha, comme on l'appelait), prit fin la pratique qui consistait à envoyer des Chiens Lions du Tibet comme tribut aux empereurs de Chine.

Les eunuques du Palais Impérial continuèrent l'élevage, mais d'une manière moins stricte et c'est à ce moment-là que les croisements furent expérimentés. Il en résulta une divergence dans le type, la structure et la taille.

La base de la race Shih Tzu émane donc très probablement de ces Apsos tibétains croisés avec les Pékinois. En conclusion, notre Shih Tzu est bel et bien sino-tibétain.

Avant l'invasion du sud Vietnam par le Nord, les Shih Tzu étaient très connus dans toute la région de Saïgon. Les Vietnamiens, ainsi que les Chinois, appréciaient surtout les noirs et blancs, portant une mèche blanche I sur le front et ayant les bouts des quatre pattes blancs, car pour eux, ayant « le front et les pieds dans la neige », ils étaient symbole de bonheur.

VH.F. Colliert, écrit dans son fameux livre « Chiens de Chine et du Japon dans la Nature et les Arts » : Occasionnellement, les Chinois croisaient le Chien Lion avec le Carlin et le Pékinois. Il semblerait que beaucoup des chiens offerts à l'empereur ( ou l'impératrice) étaient issus de tels croisements.

Sur la fin de la dynastie Mandchoue, il y avait des centaines de chiens au Palais Impérial quelques-uns seulement jouissaient des faveurs impériales, les autres étaient élevés par les eunuques… La distinction apparaissait surtout dans la couleur et la longueur du pelage... Les eunuques étaient extrêmement ingénieux à manier le type pour plaire à leurs maîtres royaux.

En 1923, le Kennel Club chinois fut formé à Shangaï. Il classa ces petits chiens comme « Lhassa Terrier ». Ensuite, le Kennel club de Pékin fut créé et programma des classes pour les « Lhassa Lions Dogs » dans ses expositions.

Les Shih Tzu étaient exposés dans des classes divisées en deux catégories : au-dessus et au-dessous de douze livres.

Introduction en Occident
D'après Mrs Widdrington, grande éleveuse britannique (affixe Lhakang) et juge de la race Outre-Manche, tous les Shih Tzu de par le monde descendent de seulement treize lignées de base: douze qui sont venues de Chine entre 1930 et 1950, et un croisement avec un Pékinois qui fut introduit dans le cheptel anglais en 1952.

Après, il n'a plus été possible d'importer de nouveaux sujets de Chine. De ces douze lignées, onze sont donc originaires de Chine (huit directement, deux via la Scandinavie, une via le Canada, plus le croisement de Pékinois). Ce sont là, les débuts anglais.

Donc, le pôle génétique des Shih Tzu est singulièrement peu important et nous ignorons jusqu'à quel point les premières importations chinoises étaient ou non déjà apparentées entre elles, car on disait qu'à Pékin les sujets étaient très consanguins, en particulier ceux du Palais Impérial.

Neuf des douze lignées mentionnées ci-dessus furent importées dans les Îles Britanniques et trois en Norvège.

À la fin des années trente, bien plus de cent Shih Tzu avaient été enregistrés par le Kennel Club britannique, mais l'année suivante, après le début de la seconde guerre mondiale, les enregistrements se réduisirent à une quantité minimum.

Les Shih Tzu ont apporté leur propre contribution à la guerre, les poils tombés étaient collectés, puis filés pour faire de la laine à tricoter et confectionner de superbes vêtements épais semblables à du mohair.

Soixante ans se sont écoulés depuis que les premiers chiens furent introduits en Occident et la race a proliféré à l'échelon mondial.

De nos jours, des échanges de sujets d'un pays à l'autre n'apportent plus rien de nouveau, ce n'est plus qu'un réagencement de gènes existants; mais cela peut se révéler bénéfique et apporter une qualité supplémentaire lorsque des lignées n'ont pas été croisées depuis un certain laps de temps.

Les premiers chiens importés au Royaume-Uni avaient des pattes courtes, une tête large, de petits chiens robustes d'environ 12 à 141ivres, dont la taille avait tendance à augmenter.

Ceux importés de Chine en Scandinavie avaient un poids plus léger, avec une tendance à devenir encore plus petits, probablement à cause de la forte consanguinité.

Ils étaient d'un type très différent de celui des chiens moyens anglais.

Un standard du Kennel Club britannique, qui patronne la race, fut rédigé en 1934, basé sur les premières importations au Royaume-Uni. Il fut remodelé, puis adopté dans le monde entier, bien qu'il ne corresponde pas toujours au type du chien rencontré dans d'autres pays.

Les types et les tailles de Shih Tzu varient maintenant de par le monde et des points de vue différents sont maintenus quant à son apparence correcte et ses caractéristiques dont nous reparlerons dans ce livre.

Aux USA, où le Shih Tzu a été reconnu officiellement par le Kennel Club Américain depuis seulement vingt ans, cette race à la mode s'accroît trop rapidement pour son propre bien. Une montée en flèche est toujours un danger pour une race.

Il y a une trentaine d'années, les différences de tailles entretenant déjà les conversations, un groupe de propriétaires de Shih Tzu d'Outre-Manche, a, sans succès, tenté d'obtenir que la race soit divisée en deux tailles, plus et moins de 12 livres.

En pratique, cela aurait pu être un pas à franchir dès que la race Shih Tzu aurait été numériquement assez forte.

Certains éleveurs suédois ont déjà montré l'exemple en pratiquant un judicieux mélange de sangs scandinave et britannique pour produire les plus beaux chiens typiques de taille moyenne du monde entier.

Introduction en France
Une fois n'est pas coutume, c'est une Française qui est, entre autres, à l'origine de l'introduction du Shih Tzu dans le monde occidental, essai, hélas non concluant!

En effet, la Comtesse d'Anjou, dont l'époux était en poste à Pékin, réussit à ramener les premiers Shih Tzu (qui furent inscrits au L.O.F.) grâce à l'aide d'une amie chinoise, dame d'honneur de l'impératrice Tseu-Hi, la Princesse Der-Ling, laquelle avait une grande connaissance de la race.

La Comtesse établit même le premier standard français, très succinct, approuvé par l'Ambassadeur de France et du Paraguay, lequel ayant passé plusieurs années en Chine, avait possédé plusieurs « Tibetan Hon Dogs » et les avait même jugés au Dog Show de Pékin.

Malheureusement, un concours de circonstances ne permit pas alors à la Comtesse de développer la race en France.

Rencontre avec la Comtesse d'Anjou
C'était dans le début des années cinquante, Madame Naudet, éleveuse bien connue de Bichons Frisés (affIXe Roi des Lutins) fit la connaissance de la Comtesse d'Anjou, tout à fait par hasard. Elle se reposait sur la côte d'Azur à Juan-Ies-Pins.

Au cours d'une de ses fréquentes promenades avec son Bichon favori, qui ne la quittait guère, elle remarqua au portail d'une belle propriété, quelques petits chiens singuliers qui aboyaient après son Bichon.

Cynophile intriguée, Mme Naudet s'avança pour mieux voir, lorsqu'une gouvernante, alertée par les aboiements s'approcha; cette dernière répondit fort aimablement aux questions posées, à savoir qu'il s'agissait de Shih Tzu.

Survint alors la propriétaire, la Comtesse d'Anjou, qui eut une longue conversation avec Mme Naudet concernant la race si peu connue et sur les origines de ses chiens venant de Chine et en majorité d'Angleterre.

Le hasard (encore... !) de cette rencontre décida Mme Naudet, séduite par ces chiens, à élever par la suite quelques portées de Shih Tzu d'origines anglaises dont elle a cessé l'élevage aujourd'hui, en restant malgré tout fidèle à la race.

Les Shih Tzu d'aujourd'hui
A l'aube de l'an 2000, après une cinquantaine d'années d'implantation en Occident et une bonne décennie de succès en France, la race semble se stabiliser à 2300 naissances inscrites au L.O.F. par an. Dois-je dire « tant mieux»?

Les Shih Tzu d'aujourd'hui ont à pâtir de leur mode, phénomène qui entraîne inévitablement une certaine dérive, qu'il est grand temps de redresser, Parmi les défauts les plus fréquemment rencontrés, l'un des points les plus choquants chez un Shih Tzu se remarque à l’œil bien trop proéminent entouré de blanc.

Tout au contraire, ce chien doit avoir un oeil superbe, bien rond, sans aucune lunule blanche apparente, ce qui lui donne en pareil cas, un regard effrayé au lieu d'être charmeur.

Si le prognathisme raisonnable est nécessaire à l'obtention d'un bon menton, on remarque trop souvent des dentures incomplètes, surtout mal alignées et même des mâchoires déviées, accompagnées d'une langue visible bouche fermée.

Ceci devient grave. Les nez pincés peuvent entraîner de sérieux problèmes de santé, Tout au contraire, le standard précise: narines largement ouvertes pour que le chien respire !

Mais on rencontre surtout des têtes bien trop étroites sur des corps insuffisamment charpentés, l'inverse de ce que préconise le standard de la race, avec des tailles beaucoup trop petites, tournant autour de 19 à 20 cm au garrot ce qui entraîne une perte de type, une modification morphologique et d'expression, notamment au niveau du placement des yeux.

Si, sur un plan pratique, certains acheteurs réclament le nanisme (qui fragilise !) , le standard donne des tailles très précises à respecter pour la santé, l'esthétique et l'avenir de la race, Un énorme travail en perspective pour les éleveurs français qui ont la passion du Shih Tzu, mais ceci est bien connu, les vrais passionnés sont des battants!

Le «vrai» Shih Tzu
Selon des rumeurs tenaces, il existerait bel et bien deux types de Shih Tzu : l'Anglais et l'Américain. J'aimerais rétablir la vérité : à l'origine, deux sources ont permis les importations orientales, la Chine et le Sud Vietnam pour l'Angleterre d'abord avec des sujets plus solides, et plus tard, le Palais Impérial de Pékin pour Mrs Kauffman en Scandinavie, avec des chiens plus légers, plus hauts sur pattes, donc plus élégants.

Partant de là, les Américains ont croisé les deux types pour conserver la solidité de l'ossature anglaise de base et obtenir des encolures plus dégagées et des fourrures plus plates, sur un corps plus léger.

À ce jour, ils privilégient avant tout le spectaculaire, tandis que les Anglais ont toujours préféré le naturel.

Le meilleur résultat obtenu demeure à coup sûr le mélange des deux types pour aboutir au standard de race et c'est ce résultat qui permet d'affirmer qu'il n'existe en fait qu'un seul type, celui du standard de la race.

En conclusion, il faut cependant reconnaître que l'apport de sang américain, à ce jour, aura permis d'obtenir de meilleures constructions, une superbe encolure (parfois trop. . . !) contrebalançant une queue haute et des pattes solides pour la propulsion.

Pour évoquer une image, disons qu'un Shih Tzu, c’est une tête comme une pleine lune sur un corps en tuyau de poêle.
avatar
Nyx
Admin

Messages : 23
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 30
Localisation : près de Douai

Voir le profil de l'utilisateur http://noslhassasapso.wifeo.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum